Actualités

27/06/2010

LE RÊVE DOIT CONTINUER

Les 19 et 20 juin derniers, la magie a une nouvelle fois opéré sur les deux rives du port de Doëlan ! Bonheur de lire, émotion, rires, chaleur humaine et belles rencontres ont guidé les festivaliers durant tout le week-end. Le rêve ne peut pas s’arrêter !

retour en haut de page
 
27/06/2010

Une réussite sur tous les plans

L’édition 2010 a signé la réalisation de tous nos rêves. Aussi nombreux (1905 personnes) que l’année dernière, qui avait déjà été un cru exceptionnel, les festivaliers se sont régalés ! En témoigne ce joli message :
« Un grand merci à vous tous pour faire rêver petits et grands pendant ces quelques jours dans ce lieu magnifique baigné de soleil ! Je rentre de cette fête du livre et de la jeunesse toujours aussi émue d'avoir vu mes enfants heureux après leur rencontre avec celui ou celle qui avait écrit, dessiné l'histoire du soir.
A l'année prochaine ! »
Nathalie Eloi Gaspard et Lison

A l’année prochaine, nous l’espérons tous…

retour en haut de page
 
 
27/06/2010

Festival en danger : 318 signatures, plus de 1000 euros de dons…

Avec les baisses de subvention et l’abandon de certains de nos partenaires partis soutenir ailleurs les people de l’édition, l’édition 2011 reste menacée. Nous avons donc monté l’opération « Festival en danger ». Sur le stand du Festival dédié, nous avons recueilli plus de 318 signatures pour la pétition de soutien. 28 personnes sont venues grossir les rangs des adhérents à l’association. Nous avons recueilli plus de 1000 euros de dons, des gros et des petits, comme celui venu d’un ado de 17 ans… Témoignage de sa maman : « Morvan qui connaît le festival depuis le début et y a participé en tant qu\'élève, a tenu absolument à apporter sa contribution à hauteur de ses moyens, ils sont modestes mais il veut absolument que le festival continue ».
Et puis les illustrateurs nous soutiennent avec une chaleur qui nous touche profondément : une vingtaine d’entre eux nous ont déjà offert des originaux magnifiques que nous attribuerons par tirage au sort à des généreux donateurs. L’opération continue sur le site www.reves-doceans.fr !

retour en haut de page
 
27/06/2010

Merci…

MERCI aux bénévoles, aux auteurs, aux enfants, aux parents, aux grands-parents, à nos partenaires, aux journalistes qui ont compris l’esprit du Festival, à tous ceux qui nous soutiennent… Avec tout cela, on se dit que ce n’est pas possible que le Festival s’arrête, tous les messages de soutien qui affluent nous donnant la conviction que nous sommes sur le bon chemin. Il faut continuer à creuser notre sillon pour les livres, pour le bonheur de lire que nous voulons tous transmettre à nos enfants.

retour en haut de page
 
27/06/2010

Appel aux mécènes

Tous ces témoignages, tous ces soutiens, tous ces yeux d’enfant… ne peuvent être abandonnés ! Il faut absolument que la belle aventure continue ! Nous lançons un appel aux mécènes pour qu’ils viennent renforcer les rangs du si bel événement qu’est le Festival.

VENEZ NOUS REJOINDRE ! VENEZ NOUS SOUTENIR ! VENEZ SAUVER REVES D’OCEANS !

retour en haut de page
 
 
16/05/2010

FESTIVAL EN DANGER

Dans un superbe édito, intitulé « C’est Mozart qu’on assassine ! », paru dans dimanche Ouest-France daté du 18 avril, Hervé Bertho dénonce avec brio le démantèlement de la culture opéré par le gouvernement. Partant du noir constat : « Un vent mauvais souffle ces jours-ci sur les affaires culturelles. Les caisses se vident. L’Etat se désengage et les collectivités locales coupent le robinet. La culture en fait les frais car elle n’est pas prioritaire », l’éditorialiste démontre que « la société a besoin de cultures générales pour irriguer son quotidien à tous les niveaux ». La phrase « ce sont les festivals de tous les arts qui favorisent les rencontres entre les hommes de bonne volonté et nourrissent la paix sociale… Et c’est là que se noue notre identité », a fait briller les yeux de toute l’équipe du Festival… Et Hervé Bertho nous offre encore cette brillante conclusion : « Si les pouvoirs publics privent aujourd’hui les affaires culturelles de leurs fonds, c’est la société qui s’asphyxie, c’est Mozart qu’on assassine en chaque enfant… la culture n’est pas un accessoire pour faire joli. Elle n’est ni de droite, ni de gauche. C’est l’air que nous respirons ».

Lisez l’intégralité de l’article sur le site de Ouest-France dont vous trouverez le lien ci-après.


Si cet article nous a tant touchés, c’est que nous sommes directement concernés. En effet, le département, la DRAC, le conseil régional nous attribuent des subventions. Or, le département a d’ores et déjà réduit sa subvention pour cette année, la SNCF, qui assurait le transport des auteurs, nous a laissé tomber, le conseil régional, la DRAC, la COCOPAQ, nous soutiennent encore… mais pour combien de temps ? A cause de ces baisses et de ces abandons, l’édition 2010 du Festival sera déficitaire, ce qui empêche les organisateurs de dormir… Comment prôner la lecture pour tous et le bonheur du partage, en n’étant pas responsables financièrement ? Depuis la genèse du Festival, nous avons toujours veillé à présenter une gestion saine… c’est la moindre des choses. De lourdes incertitudes pèsent alors sur la prochaine édition… Il nous est impossible de continuer dans ces conditions. Toute l’équipe du Festival est en train de se battre pour collecter des fonds privés, avec le risque de perdre un peu de notre liberté… Nous avons réussi à créer un bel événement, qui rayonne chaque année davantage, qui distribue du bonheur et de la lecture pour chacun… Comment faire pour continuer ? Nous sommes en train de réfléchir à tous les moyens possibles pour sauver le Festival, nous allons nous battre, encore et toujours, mais nous avons besoin de vous… à suivre !

Consultez également la page Presse de ce site : les auteurs et les illustrateurs se mobilisent....

En savoir plus : www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-C-est-Mozart-qu-on-assassine-_3632-1336648_actu.Htm

retour en haut de page
 
22/02/2010

Thierry MAGNIER en conférence

Le samedi matin 19 juin, Thierry Magnier, éditeur rencontrera un groupe de bibliothécaires pour un moment de formation .
Cette rencontre est l’aboutissement d’une collaboration entre le festival et la bibliothèque du Finistère. Elle est également ouverte à tout public intéressé.
Thierry Magnier a commencé par être enseignant en lycée professionnel avant de devenir libraire, et de se tourner ensuite vers le journalisme littéraire, au sein de la rédaction du journal Page. Il lance alors le "Petit Page", l'équivalent de ce journal pour la littérature de jeunesse.
Il travaille ensuite pour les éditions Gallimard, comme rédacteur en chef de la revue Lire et Savoir, puis pour assurer la promotion des livres de jeunesse publiés chez Gallimard auprès des écoles
Fort de ces expériences, il décide en 1998 de monter une maison d’édition, sa maison d’édition, où il sera entièrement libre de laisser court à sa créativité et de travailler avec les auteurs de son choix. Le logo des éditions Thierry Magnier, un petit ange lecteur, représente son idée du lecteur : « Un ange, ça n’a pas de sexe, pas d’âge ».
La maison s’impose rapidement par la qualité de ces choix éditoriaux, son exigence et l’impertinence des thèmes développés.
En 2005, les Editions Thierry Magnier sont rachetées par Actes Sud mais il en garde la direction éditoriale et assure maintenant celle d’Actes Sud Junior, le département jeunesse d’Actes Sud.
Depuis janvier 2010, il est à la tête des trois maisons jeunesse du groupe Actes Sud : Actes Sud Junior, les Editions Thierry Magnier et Rouergue jeunesse.

retour en haut de page
 
 
23/12/2009

Editeurs à l'honneur

Cette année, exceptionnellement, trois éditeurs sont à l'honneur :
Actes sud junior c’est le goût de l’exigence, avec 700 titres au catalogue, le goût de la création avec 90 publications chaque année, le goût du rêve avec des illustrations soignées, le goût d’apprendre avec des titres historiques et des documentaires, le goût de l’évasion avec des livres-CD, le goût des trois coups avec une collection dédiée au théâtre, le goût de la fiction avec le plein de romans et même des guides pour aiguiser le regard des curieux…

Frimousse, quant à elle, propose le « plein d’humour, décalé et déluré amenant à l’enfant une bouffée de fraîcheur sur son appréhension du monde ». Avec des collections au nom évocateur, La p’tite étincelle, Première musique de mots, les Maxi’Boum…
Frimousse promet la fantaisie !

Dominique et Compagnie, éditeur québecois traverse l'Atlantique pour venir nous rejoindre :
Créer des livres québécois de grande qualité pour le public jeunesse, des tout-petits aux adolescents, avec la mission de développer le plaisir de lire et l’imaginaire : voilà le défi, devenu leitmotiv, que s’était lancée la maison d’édition Dominique et compagnie en septembre 1997. Jeunes et moins jeunes sont ainsi en mesure de découvrir le dynamisme, la fougue et la poésie des auteurs d’ici tout comme l’audace, l’originalité et l’humour de nos illustrateurs québécois.
Aujourd’hui, Dominique et compagnie est une des maisons d’édition pour la jeunesse les plus importantes au Canada et, grâce à son rayonnement, ses livres ne cessent de faire rêver les jeunes de toutes les cultures avec les mots les plus doux, les plus magiques ou les plus fous !

retour en haut de page
 
 
15/12/2009

Eléphant livre toi !

Madame Ombrelle accueille le public sous un parapluie, madame Haute en couleurs reçoit sous un parasol. Toutes les deux nous entraînent au pays de éléphants et des livres animés.

Voici un éléphant que l'on suit pas à pas tout au long de son voyage : comment a-t-il perdu ses couleurs ? Quelles rencontres a-t-il faites ? Quelles péripéties a-t-il vécues ? Sortira-t-il grandi et apaisé de cette traversée ?

Du rêve en perspective durant les deux jours du festival !

Spectacle tout public (à partir de 18 mois), trois séances par jour.

retour en haut de page
 
 
16/10/2009

les dates de la sixième édition

les 19 et 20 juin 2010, pour la sixième fois, les rives du port de Doëlan accueilleront les amoureux du livre jeunesse et de la BD.

L'équipe organisatrice s'est mise au travail et vous réserve d'agréables surprises.

retour en haut de page